Manche 5 - Vendredi 2 février 2024

Version imprimablePDF version
Paramètres observés: 
ObservationsIntervalle des prévisionsMoyenne des prévisionnistes
Tn9.2°C2.8°C à 10°C
Tx12.1°C10.8°C à 15°C
RR24traces31 néants, 42 traces, jusqu'à 0.5 mmtraces
BrouillardNON70% OUI, 30% NONOUI
Nombre de participants: 
115

Situation synoptique

Figure 1 : Géopotentiel, température et vent à 500hPa de jeudi 18TU à samedi 06TU, AROME 12z du 01/02

Un haut géopotentiel est en place sur le proche Atlantique en fin de journée de jeudi, laissant la France sous un flux de nord d’altitude modéré ( un peu plus rapide que les jours précédents). Progressivement vendredi, ce haut géopotentiel vient faire pivoter une dorsale en direction de l’Europe centrale, et se repositionne entre la France et l’Espagne. Quelques anomalies basses peu dynamiques (bas géopotentiels très relatifs, signatures diffuses en T500 ) circulent entre les Açores et le Maroc sans réelle influence sur le temps sensible en France. Les conditions s'annoncent donc à nouveau pleinement anticycloniques sur notre pays.

Basses couches

Figure 2 : Pression mer, Theta'W 850Pa, humidité 700hPa de jeudi 18TU à samedi 06TU, AROME 12z du 01/02

On retrouve un puissant anticyclone peu mobile sur la France et le proche Atlantique (>1035 hPa) Un thalweg thermique en comblement circule jusque sur la France vendredi matin. Dans cet environnement anticyclonique il n'est évidemment plus associé à une activité frontale. Alors que le flux océanique des jours précédents a bien alimenté l'Europe de l'ouest en humidité de basses couches, le passage de ce thalweg tend à assécher légèrement la masse d'air sur une partie Est de la France, alors que cette humidité et cette douceur tend à se maintenir sur la région Occitanie.

Prévisions à l'échelle régionale

Figure 3 : Nébulosités basse (marron), moyenne (mauve), haute (bleu), vent à 10m de vendredi 00TU à vendredi 18TU, AROME 12z du 01/02

Une nébulosité basse très fournie est présente dès le début de la manche et persiste aisément sur les modèles jusqu'à vendredi en début d'après-midi. Ensuite, elle se dissipe plus ou moins rapidement. Une axe allant de la Gironde à la Montagne Noire risque de conserver ces nuages plus tardivement. En parallèle sur le piémont pyrénéen, d'autres stratocumulus se développent dans l'après-midi, manifestement en conséquence du développement diurne de la couche limite et finissent par constituer une couche homogène en fin de journée grâce à un effet de blocage avec le flux de secteur NE. Blagnac reste à priori en marge de ces nouveaux nuages, mais reste proche de premier axe cité et l'heure à laquelle la nébulosité est suceptible de se dissiper compte beaucoup pour la température maximale. Le vent est globalement faible et de secteur nord-ouest, ça n'est pas un enjeu en journée. Le contexte anticyclonique,avec ciel plus dégagé en soirée, posera la question du risque de brouillard pour la nuit de vendredi à samedi.

Figure 4 : Profils verticaux à Blagnac à 01 et 08TU, AROME 12z du 01/02

Ces profils saturés sur une bonne épaisseur dans les bas niveaux montrent que les nuages s'étendent jusqu'en stratocumulus en début de la manche. Une telle épaisseur saturée combinée à un profil thermique neutre (bien vertical !) laisse envisager la possibilité de bruines éparses dans la nuit. On note à 8H TU que l'assèchement subsident progresse en direction du sol et ronge le haut des nuages. Un suivi des profils verticaux jusque sur le nord du pays laisse penser que cet air très sec aux niveaux moyens correspond en bonne partie à une advection horizontale de l'air en place au sein du thalweg thermique vu plus haut, plus qu'à la véritable progression d'une subsidence sur la verticale.

Figure 5 : Cumul 24h de vendredi 00TU à samedi 00TU, AROME 12Z du 01/02

Le risque de bruines éparses est bien présent sur tout l'intérieur du sud-ouest, principalement dans la nuit de jeudi à vendredi. Certaines sorties modèles osent même monter au millimètre en plaine, comme AROME 12 du jeudi, de quoi épicer la manche.

Figure 6 : Profils verticaux à Blagnac à 15 et 23TU, AROME 12z du 01/02

En journée, l'assèchement en altitude se poursuit et près d'un kilomètre en air très sec est repris (sommet nuageux situé vers 2 km à 01TU, à peine 1km à 15TU en fin de journée). En parallèle, le cycle diurne fait son (petit) effet et les pieds de profil s'assèchent, se réchauffent, et trahissent un mélange vertical modeste sur quelques centaines de mètres au dessus du sol. Il y a une bonne confiance sur la dissipation des stratocumulus avant la soirée avec ces 2 effets. Le refroidissement nocturne de la nuit suivante s'annonce plus marqué, il est néanmoins difficile d'améliorer la température minimale avant 18TU.

Figure 7 : Eau nuageuse 20m, nébulosité basse, vent 10m AROME 12Z du 01/02 pour samedi 00TU (fin de la manche)

Vent faible mais non nul, ciel assez dégagé : le risque de brouillard est intéressant sur cette 2ème nuit, et les modèles réagissent très (voire trop ?) bien (à l'image d'AROME ci dessus). Néanmoins, toute l'attention est portée sur l'heure d'apparition du dit brouillard : c'est à 00TU que les comptes sont clos ! Cependant, quelques nuages bas résiduels peuvent ralentir le rayonnement nocturne, et par conséquent la baisse de température en début de soirée de vendredi.

Observations

Figure 7 : Température minimale sur 24h, temps présent RADOME, satellite MSG3 HRV 09TU

Sans surprise au petit matin, et pour ainsi dire toute la matinée également, le ciel est couvert de stratocumulus. Aucun brouillard sous les nuages sur le sud-ouest, mais certaines stations ont bien vu passer la bruine dans la nuit. Cette manche sera surtout marqué par les problèmes techniques à la station de Blagnac puisque plusieurs coupures dans les données viendront ponctuer la journée. Finalement, la minimale retenue sera de 9.2°C. Le capteur de temps présent reporte 3 minutes de faibles précipitations, mais sans basculement d'auget dans le pluviomètre (Traces !).

Figure 8 : Température maximale sur 24h, satellite MSG3 HRV 16TU

En journée, la couverture nuageuse s'affine mais peine à se morceler définitivement puisque d'autres stratocumulus se reforment au sommet de la couche limite. La température maximale retenue est de 12.1°C.

Figure 9 : Visibilité RADOME (m) et image satellite MSG3 IR 10.8 (°C) 00TU samedi (fin de la manche)

Un des grands enjeux de cette manche portait sur le brouillard en fin de période : il aura finalement patienté pour n'apparaître qu'après 00TU passé. La cause principale est probablement à chercher du côté de la nébulosité puisque les stratocumulus de la journée se sont dissipés tardivement en soirée. De plus, quelques cirrostratus provenant des Highlands en matinée de vendredi ont contourné l'anticyclone pour venir jouer les trouble-fêtes en fin de manche, tempérant le rayonnement nocturne et annulant par conséquent le risque de brouillard de rayonnement.

Figure 10 : Top 3 de la manche

Figure 11 : Top 10 général à l'issue de la manche

Cette 5ème manche du concours de prévision est remportée par Ninofishing avec seulement 0.4 pt, devant Jean-Michel Prévi Jr (0.5 pt) puis FredForecastSystem (0.9 pt), bravo à eux (et bravo à tous les autres participants aussi ;) ! ). Ninofishing s'affirme maintenant franchement en tête du classement général et creuse un écart de 1.3 pt sur son dauphin : un avantage quasi définitif à 3 manches de la fin ? Début de réponse dès la semaine prochaine !