Synthèse manche 2 - Mercredi 18 janvier

Version imprimablePDF version
Paramètres observés: 
ObservationsIntervalle des prévisionsMoyenne des prévisionnistes
Tn2.2°C0.1°C à 4°C, une prévision insolite à 8°C2.1°C
Tx6.4°C3.5°C à 10.1°C6.0°C
RR240.6 mm0 mm à 18.3 mm1.9 mm
BrouillardNONAucune prévision de brouillardNON

Situation synoptique

Figure 1 : ARPEGE 0.25 00Z Z500Hpa, T500Hpa, Vent300Hpa (seuil à 80 noeuds), de 00UTC à 18UTC

Dans la continuité du début de semaine, on retrouve une synoptique caractéristique du régime de dorsale atlantique : haut géopotentiel marqué au voisinage des Açores, dont une dorsale s'étend en direction de l'Islande, et vaste zone de bas géopotentiels sur le nord et l'ouest de l'Europe, associée à de l'air très froid en altitude (-34°c à -38°c à 500Hpa ). Ces 2 centres d'actions pilotent un rapide flux de nord-ouest jusque sur la France. Sur cette journée, les bas géopotentiels s'étirent progressivement dans la direction méridienne, en un thalweg ample qui se décale vers l'est très lentement. En conséquence, la composante nord du flux se renforce un peu sur le pays, et à 500Hpa l'air le plus froid nous survole dans la journée.

Figure 2 : ARPEGE 0.25 00Z Theta'W850Hpa, Pmer, Hu700Hpa, de 00UTC à 18UTC

En basses couches (Figure 2), on retrouve dans la continuité de la dynamique d'altitude un anticyclone puissant au nord-ouest des Açores, et un complexe dépressionnaire sur le nord de l'Europe. Une masse d'air modérément froide et humide (influence océanique du flux) concerne l'Europe de l'ouest. On voit en matinée la trace de la dernière perturbation structurée s'évacuer par l'est du pays, en donnant de la neige jusqu'en plaine. Loin des fronts, pour cette journée, l'enjeu précipitation vient d'averses pouvant déborder depuis le golfe de Gascogne. On peut déjà noter avec la Pmer la circulation d'un thalweg sur les côtes de Manche, et le golfe de Gascogne d'ici la soirée de mercredi.
Déjà en début de manche, quelques averses résiduelles sont envisagées circuler sur le sud-ouest du pays. Dans la nuit de mardi à mercredi, la nébulosité basse doit rester assez importante, le vent d'ouest est prévu sensible: le potentiel de baisse de la température pour atteindre un minimum en fin de nuit est modeste.

Enjeux et prévision à l'échelle régionale

Figure 3 : AROME 0.025 00Z Nebul basse + Profil vertical Blagnac 11UTC

En cours de matinée, le risque de précipitations s'estompe. Le rayonnement solaire, donc le chauffage diurne, est limité par la nébulosité basse persistante. On remarque sur le profil vertical de la figure 3 la modélisation d'un léger chauffage depuis le sol (chauffage diurne), et que le mélange convectif s'étend progressivement sur la verticale au sein de la couche limite, pour aller combler l'inversion thermique dans laquelle la nébulosité basse persiste. De fait la masse d'air s'assèche progressivement en basses couches. Dans une circulation d'ouest à nord-ouest modérée, les stratocumulus se morcellent rapidement et s'évacuent vers l'Est en début d'après-midi. Les profils verticaux des modèles suggéraient d'ailleurs 1 à 2h de chauffage diurne sous un ciel parfaitement dégagé en milieu d'après-midi avant l'arrivée d'un voile d'altitude assez épais. La Tx allait dépendre de la durée de cette transition très ensoleillée mais aussi du fort brassage en surface lié au flux d'ouest à nord-ouest (rafales autour de 35 à 45 km/h).

Figure 4 : AROME 0.025 00Z Pmer, Convergence950Hpa (seuil à 8s-1), MUCAPE, 12UTC

Allons voir un peu plus loin que le cycle diurne de notre coin de terre toulousain : sous l'air froid d'altitude, la situation reste favorable au développement de convection en air froid. En mer dans un premier temps, puis avec le chauffage diurne, l'instabilité peut déborder un peu dans les terres. Ci dessus, on retrouve les structures de Pmer mentionnées précédemment: un thalweg le long des côtes de Manche, et un autre plus court visible ici au large de l'ex région Aquitaine. Ils génèrent tous deux de la convergence des vents en surface : le contexte devient alors propice au développement généralisé d'averses sur ces axes. Le timing est idéal pour que ces averses se propagent un peu dans les terres, soutenues par les effets du chauffage diurne.

Figure 5 : Profil vertical AROME 0.025 00Z sud-ouest Lot-et-Garonne 12UTC

Ce profil (Figure 5) donne 2 éléments : d'une part il fait état d'une faible instabilité de la masse d'air jusque dans les terres par chauffage diurne, en ce milieu d'après-midi. D'autre part, on voit que la masse d'air est bien froide à tous les niveaux, rapidement à température négative au dessus d'une fine couche superficielle chauffée dans la journée : le courant de densité généré par ces averses a un bon potentiel de refroidissement depuis la moyenne troposphère. On y retrouve par ailleurs des basses couches assez sèches : il faudra envisager une évaporation additionnelle des précipitations lorsque celles-ci atteindront le sol (courbe d'état en noir qui tend à s'aligner sur la courbe bleue de la température potentielle du thermomètre mouillé T'w), renforçant le potentiel de refroidissement en toute fin de manche pour la Tn (19h locales).

Figure 6 : Profil vertical AROME 0.025 00Z nord Haute-Garonne 18UTC

La salve d'averses initiée en mer doit se propager vers l'est et affecter le midi toulousain pour le début de soirée. Elle faiblit lentement à mesure que sa composante convective s'estompe. Néanmoins, un processus de refroidissement pouvant en cacher un autre: ce profil (Figure 6) pris sous une averse met en évidence un faible impact d'isothermie sous les intensités pluviométriques les plus fortes (la courbe de température suivant brièvement l'isotherme 0°C). Une évaporation prédominante, un peu d'isothermie en cas d'averse plus durable, voilà le programme ! Ces averses posent des incertitudes sur les cumuls de précipitations évidemment. Les différents modèles ensemblistes, en particulier la PE-AROME, tabulaient sur des cumuls assez modestes, proches du mm, contrairement aux modèles déterministes qui envisageaient jusqu'à 6-7 mm sous ce passage pluvio-neigeux !

Observations

Figure 7 : Meteogramme station Toulouse-Blagnac

Figure 8 : 13UTC, MSG4 VisibleHR, radar SERVAL, foudre Meteorage sur 6H

Dans la nuit de mardi à mercredi, les derniers cumuls de précipitation sont finalement relevés entre minuit et 1h : ils ne sont pas considérés pour le compte de cette manche. La température atteint un minimum peu avant 3h avec 2.2°C (Figure 7). Après une matinée passée sous la grisaille, le début d'après-midi est très ensoleillé et la température monte jusqu'à 6,4°c (avant incident technique !!). Rapidement, des averses orageuses se développent depuis l'océan et se propagent dans les terres et le voile des enclumes vient mettre un terme à la hausse de la température. Finalement, Fort Blagnac a retrouvé sa réputation en établissant le plus faible cumul de la région : seulement 0.6 mm relevé ! Les précipitations atteignent la station peu avant 19h, suffisamment pour faire redescendre la température à ... 2.2°C ! Tn définitive de la manche.

Figure 9 : Classement pour la manche 2.

Le classement général à l'issue de cette deuxième manche: ça bouge pas mal dans le top 10 sauf pour la première place toujours occupée par FabPhotos, qui prend même 1 point d'avance sur le nouveau 2eme. Cette manche est remportée par Ventdautan, avec 0.5 point, suivi par MJOCanonix avec 0.8 point, et Ced30 à 1 point. Au classement général, FabPhotos (2,9 pt) reste leader et accentue son avance avec ce matelas d'1 point sur son dauphin MJOCanonix !