Synthèse manche 3 - Mercredi 25 Mai 2022

Version imprimablePDF version
Paramètres observés: 
ObservationsIntervalle des prévisionsMoyenne des prévisionnistes
Tn11.4°C9°C à 15°C10.9°C
Tx21.1°C18°C à 28°C20.6°C
RR240.0 mm 0 à 5.2 mm, dont 19 traces0.2 mm mais 83 ont proposé 0 mm !
OragesNON100% NONNON
Nombre de participants: 
121

Situation générale

Figure 1 : ZT500 (runs du 24/05 12UTC pour le 25/05 à 12UTC) modélisées par Arpege, CEP, Icon et UKMO.

On ne constate pas de différences majeures entre les modèles sur la situation synoptique d’altitude. La France est soumise à deux influences : une dorsale prolongeant le haut géopotentiel situé à l’Est des Açores, et une goutte froide en fond de thalweg sur l’Est de l’Espagne. La localisation du bas géopotentiel est quasiment identique sur les 4 modèles visualisés ici, seule son intensité et l’air froid associé demeurent quelque peu différents avec par exemple un air à 500hPa légèrement plus froid pour le modèle allemand. Néanmoins cela n’a pas d’impact sur la situation en France avec des champs extrêmement similaires sur les 4 modélisations. L’analyse de la situation sera ainsi faite avec le modèle choisi comme TSR (trajectoire synoptique de référence) par le Centre National de Prévision : Arpege (et Arome pour la fine échelle), les runs de 12z du mardi 24/05 seront utilisés.

Figure 2 : ZT500 + Vent500 (seuillé à 40 kt) du modèle Arpege 12z du 24/05 pour 00UTC, 06UTC, 12UTC et 18UTC le mercredi 25/05.

En début de nuit, la France se trouve en plein axe du thalweg qui plonge depuis la Mer du Nord vers la péninsule Ibérique avec un cut-off en goutte froide intervenant en fin de nuit. Par l’Atlantique, une dorsale pousse de plus en plus en direction du pays, on se retrouve ainsi sous l’influence de cette dorsale en deuxième partie de journée, alors que la thalweg qui dominait se sera résorbé. La circulation est méridienne au-dessus de l’hexagone, en lien avec le thalweg. Le flux est d’abord de secteur nord sur l’ouest du pays et de secteur sud sur la partie Est. En cours de journée, avec le cut-off, le flux mollit et l’orientation au secteur nord prédomine sur tout le pays. L’air froid du thalweg est peu à peu remplacé par de l’air plus doux (-12°C en fin de journée du 25/05 contre -20°C à 500 hPa en début de nuit le 25/05 0z).

Figure 3 : Z(seuillée à 900dam) + Vent1.5PVU (seuillé à 60 kt), et VV600 (< -0,1 Pa/s) du modèle Arpege 12z du 24/05 pour 00UTC, 06UTC, 12UTC et 18UTC le 25/05.

En ce qui concerne la dynamique d’altitude, des basses tropopauses circulent dans le thalweg évoqué ci-dessus mais le dynamisme se concentre de l’autre côté des Pyrénées, en Espagne, sous l’effet d’une anomalie dynamique en lien avec la goutte froide. On voit bien la zone de fortes ascendances le long de la côte Est espagnole (taches violettes), en aval de l’anomalie (traits noirs). En France, pas de forçage significatif avec seulement des faibles noyaux d’ascendances isolés.

Figure 4 : Pmer, HU700 (seuillée à 90%) et Theta’w 850 du modèle Arpege 12z du 24/05 pour 00UTC, 06UTC, 12UTC et 18UTC le mercredi 25/05.

En surface, on retrouve un vaste anticyclone sur l’Atlantique, à l’Est des Açores. Il se prolonge par une dorsale en direction de l’Allemagne, plein axe sur la France. Les isobares sont particulièrement relâchées sur le pays, le flux est d’ouest-nord-ouest. Deux zones d'humidité sont identifiées : la première sur le sud-est du pays, s’étendant des Pyrénées Orientales jusqu’à la frontière suisse. Cette bande humide est en fait un front quasi-stationnaire piloté par une dépression se trouvant très loin au nord, sur la Scandinavie. La seconde bande humide concerne le nord-ouest du pays à partir de la fin de nuit en abordant la Bretagne puis les côtes de la Manche. Elle correspond à un pseudo front chaud, piloté par une autre dépression, localisée là aussi très loin, sur l’Islande. Sur notre zone d'intérêt, à Toulouse, on voit qu’un assèchement s'opère en cours de journée en moyenne troposphère avec les plages d’humidité qui s’éloignent et s’amenuisent peu à peu.

Enjeux à l'échelle régionale

Pour cette 3ème manche, on retrouve ainsi une situation synoptique assez molle, en l’absence de forçage d’altitudes conséquents ou de fronts actifs. Reste à s’intéresser de plus près à la région toulousaine.

Précipitations

Figure 5 : Nébulosités + réflectivités maximales simulées par AromeCEP (à gauche) et Arome (à droite) pour ce mercredi à 03UTC, 06UTC, 09UTC et 12UTC.

Déjà, un doute pouvait être permis concernant l'occurrence de précipitations : quelques réflectivités traînaient encore autour de Blagnac en tout début d’échéance, on pouvait craindre quelques traces entre minuit et 5h ? Autre possibilité, comme on le voit ici sur les modélisations pour 12UTC, l’évolution diurne voit apparaître quelques réflectivités sur le Sud-Ouest, peut-être fallait-il aussi se méfier d’une averse localisée en après-midi ?

Figure 6 : 2 profils modélisés par Arome sur Blagnac à 00UTC et 15UTC. Run du 24/05 12z.

A minuit, sur le premier profil de la figure 6, on voit bien une couche assez large en basses couches avec un fort taux d’humidité, mais pas de saturation très épaisse près du sol. Pour l’après-midi (profil de droite de la figure 6), le profil évolue drastiquement de deux faits : l’évolution diurne fait apparaître un pied convectif avec une saturation vers 820hPa, témoignant de la présence de cumulus/stratocumulus, surplombé d’une inversion thermique, bloquant d’éventuels excès convectifs. On retrouve au-dessus un air bien plus sec et caractéristique d’un effet de dorsale avec l’écartement des courbes noire et bleue. On remarque aussi le basculement du flux en altitude, en lien avec le thalweg qui progresse d’ouest en est.
Le risque orageux n’était ici pas un problème puisqu’il n’y a pas de forçage d’altitude, ni d’ingrédients majeurs en basses couches, avec de plus une inversion thermique marquée l’après-midi.

Figure 7 : Température à 2m prévue par Arome, AromeCEP, Arpege et CEP.

Pour l’évolution de la température, un assez bon accord était observé sur les modèles avec des Tn vues entre 10.5°C et 11.9°C, l’enjeu était notamment la nébulosité qui pouvait persister la nuit et empêcher le rayonnement.

Figure 8 : Evolution des températures à 2m modélisée par Arome, AromeCEP, Arpege et CEP.

Pour la Tx, une incertitude un peu plus large était modélisée avec des maximales allant de 19.8°C à 21.7°C. CEP et Arpege étaient respectivement le plus froid et le plus chaud, s’expliquant par des divergences dans la nébulosité modélisée, avec un modèle européen beaucoup plus nuageux que le modèle français, résultant en une Tx moins élevée. Il fallait donc trancher sur un scénario de couverture nuageuse, même si les modèles à mailles fines étaient plutôt en accords.

Observations

Figure 9 : ANASYG du 25/05 12h UTC.

En milieu de journée, on retrouvait les objets identifiés sur les cartes du modèle Arpege : la goutte froide convective sur l’est de l’Espagne, l’anticyclone des Açores avec une dorsale vers la France, le pseudo front chaud sur la Bretagne et le quasi-stationnaire sur l’extrême sud-est du pays.

Nébulosité

Figure 10 : Image satellite canal HRV + réflectivités SERVAL sur le Sud-Ouest à 05, 07, 09 et 11h UTC.

Figure 11 : Image satellite canal HRV + réflectivités SERVAL sur le Sud-Ouest à 13, 15, 17 et 19h UTC.

La nébulosité était présente la nuit même si elle se levait peu à peu. En fin de nuit, on peut voir que la limite de la plaque de nuages bas était aux portes de Toulouse, en direction des frontières avec le Gers et le Tarn-et-Garonne. La matinée aura vu le ciel se découvrir momentanément par l’Ouest mais l’évolution diurne a rapidement pris le relais, comme le suggèraient les modèles, avec de nombreux nuages cumuliformes circulant sur l’Occitanie dès la mi-journée. Certaines réflectivités suggèrent des averses localement mais rien qui n'intéresse le toulousain, Arome avait bien vu ces averses se limitant aux départements voisins, notamment de la forêt landaise aux Pyrénées basques.

Figure 12 : Météogramme T2m et rayonnement global 6min à Toulouse-Blagnac sur la journée du mercredi 25/05.

Cette nébulosité aura influé sur le thermomètre, avec, comme on peut le voir, une température quasiment stable (~12.5°C) en première partie de nuit, alors que les nuages étaient assez épais. Avec la dissipation lente de ces nuages bas/moyens, le thermomètre n’a pu descendre qu’en fin de nuit, jusqu’à 11.4°C à 05:18UTC (C’est un perfect d’Arpege 12z !). Le mercure aura ensuite connu une belle hausse en début de matinée sous un soleil incontesté, jusqu’à ce que la nébulosité s'épaississe de nouveau avec la convection diurne. On peut voir en gris les variations brutales du rayonnement global, témoignant des éclaircies alternées avec des cumulus/stratocumulus. On voit aussi bien la corrélation entre les passages nuageux et la température (pics de rayonnement coïncidents avec les hausses de températures et inversement). Le mercure aura ainsi joué au yoyo tout l’après-midi, avec des variations parfois brutales (± 2°C en 6min). On a relevé jusqu’à 21.1°C à 14:36UTC.

Classement

Figure 13 : Top10 de la manche 3

Figure 14 : Top10 du classement général

C’est gamyhes qui remporte cette manche avec seulement 0.1°C d’écart sur la Tn, seule erreur de sa prévision ! Au classement général, on assiste à quelques remontada puisque le podium est désormais occupé par L’huitre (3ème précédemment), suivi de Caluch qui passe de 5ème à second, et enfin Tentative solo qui continue son échappée (solitaire ?) et gagne lui aussi 3 places ! Les écarts restent très serrés et les prochaines manches promettent de nombreux rebondissements.
Synthèse rédigée par Nino Guida, IENM2.