Synthèse manche 3 - Vendredi 20 Janvier

Version imprimablePDF version
Paramètres observés: 
ObservationsIntervalle des prévisionsMoyenne des prévisionnistes
Tn0.6°C-3.3°C à 7°C0.2°C
Tx6°C2.3°C à 11°C4.1°C
RR24traces0 mm à 5.2 mm0.6 mm
BrouillardNON22.3% OUINON
Nombre de participants: 
129

Contexte synoptique

Figure 1 : ZT + vent 500 hPa (seuil > 50 kt) du 19/01 18h au 21/01 6z par pas de 12h. Base ARP du 19/01 12z.

L'Europe de l'Ouest est sous l'influence d'une circulation ondulante, résultant d'un haut géopotentiel bien installé sur les Açores et d'un thalweg très profond s'isolant progressivement en cut-off depuis la mer du Nord jusqu'à la Tunisie. Le positionnement de ces 2 acteurs météorologiques engendre un fort flux cyclonique de NO à la 500 hPa, traduisant un fort jet d'altitude sur l'Ouest de la France. Progressivement sous l'effet du cut-off en Méditerranée et la mise en place d'une dorsale des Açores à l'Ecosse, ce jet d'altitude tend à s'orienter au Nord en fin d'échéance. Les yeux les plus vigilants auront remarqué un thalweg secondaire des Pays-Bas à la Vendée le 19/01 18h UTC qui s'évacue rapidement en soirée en direction de la Méditerranée.

Figure 2 : Basses couches (Pmer, Theta'w 850hPa, HU 700hPa) du 19/01 18h au 21/01 6z par pas de 12h. Base ARP du 19/01 12z.

En surface, on retrouve des conditions à dominance dépressionnaire sur l'Europe de l'Ouest tandis qu'un puissant anticyclone, en lien avec le maximum de hauts géopotentiels, prend ses aises sur les Açores. La masse d'air est froide avec ces plages bleues de theta'w assez basses. Un creusement dépressionnaire associé à une onde thermique aborde le Nord de l'Aquitaine en fin d'après-midi avec un minimum à 999 hPa. Il se déplace assez rapidement en direction de la Sardaigne le lendemain au petit matin pour finir sa course en mer Adriatique (il sera à l'origine d'un très bref medicane d'une durée de quelques heures le dimanche). A l'arrière de cette dépression, une advection froide est attendue sur l'Occitanie pour la journée de vendredi, dans un flux de nord-ouest faible.

Figure 3 : Zoom basses couches sur le Sud-Ouest de la France du 19/01 16h UTC à 22h UTC.

Un zoom effectué sur cette interaction barocline permet de comprendre les conséquences en temps sensible, en particulier sur la ville rose. La figure 3 montre l'arrivée de cette dépression de méso-échelle sur le littoral aquitain en fin d'après-midi et une trajectoire prévue en direction d'Andorre en fin de soirée. Selon le positionnement relatif par rapport à cette dépression, on peut retrouver plusieurs types de temps sensible. Dans le quadrant SO à SE de la dépression, la perturbation très active associée devrait engendrer une douceur marquée (theta'w 850hPa à 8-9°C) et des pluies marquées dans un flux d'ouest. A l'opposé dans la partie nord de la dépression, on retrouve ces fortes précipitations sous forme de neige par isothermie sous l'effet d'un air froid à tous les étages, advecté de plus par un vent de secteur NE. Au vu de son placement par rapport à la dépression, la ville rose va d'abord ressentir un léger radoucissement sous l'effet de l'Autan avant de voir le vent de NE advecter de l'air plus froid en fin de perturbation, pouvant faire passer les précipitations liquides sous forme neigeuse.

Prévision à l'échelle régionale : enjeux et incertitudes

Figure 4 : Vent 10 m + Rflc max / Ptype + RR1h / LPN proposés par le modèle AROME du 19/01 12z pour le 19/01 21h UTC.

Les candidats allaient vite être confrontés à la première difficulté de prévision de cette nouvelle manche : ce qui était envisagé par quelques modèles il y a 2 ou 3 jours de cela devient de plus en plus concret ! La trajectoire peu conventionnelle de cette dépression en flux de Nord-Ouest d'altitude allait engendrer une situation particulière pour la ville rose. La figure 4 montre bien une plaine Toulousaine coupée en 2, entre la partie Sud de la dépression qui engendre une advection très douce (températures près de la surface comprises entre 8 et 10°C, limite pluie-neige reléguée à 1300 m d'altitude en moyenne) et la partie Nord où l'air froid en altitude permettait l'occurrence de fortes chutes de neige par isothermie jusqu'en plaine. Ce conflit de masses d'air est bien visible avec la convergence du vent à 10 m (encadré de gauche) et le très fort gradient de limite pluie-neige (encadré de droite).

Figure 5 : Nebulosité basse (marron), réflectivités (couleurs) et vent à 10 m modélisés par AROME du 19/01 12z pour le 20/01 entre 0h et 3h UTC.

Une fois la perturbation de la veille rapidement évacuée, quelques résidus pluvieux étaient envisagés par les modèles en tout début de période (00h UTC) pour les cumuls de pluie. On remarquera également la nébulosité basse assez fournie, par accumulation en direction des Pyrénées et de la Montagne Noire.

Figure 6 : profil vertical modélisé par AROME du 19/01 12z le 20/01 00h UTC.

Le profil présenté figure 6 illustre des basses couches saturées jusqu'à 750 hPa pouvant permettre l'occurrence de quelques faibles précipitations sous forme de petites pluies ou de faibles bruines.

Figure 7 : Nebulosité basse (marron), réflectivités (couleurs) et vent à 10 m modélisés par AROME du 19/01 12z pour le 20/01 entre 8h et 11h UTC.

En tout début de matinée, on retrouve une grisaille une nouvelle fois épaisse, bloquée sous une inversion thermique vers 900 hPa surmontée d'une subsidence déjà marquée (net écartement de la courbe d'état et de la courbe bleue). Sous cette grisaille, quelques précipitations sporadiques sont modélisées dans la couche saturée (profil de droite de la figure 7) et s'évacuent rapidement en direction du Lauragais en cours de matinée pour se faire foehner au niveau de Carcassonne. La couche de grisaille reste cependant bien en place en fin de matinée sur Toulouse.

Figure 8 : Nebulosité basse (marron), réflectivités (couleurs) et vent à 10 m modélisés par AROME du 19/01 12z pour le 20/01 entre 13h et 16h UTC.

En début d'après-midi, le chauffage diurne associé à la subsidence de plus en plus marquée dès 900hPa allaient faciliter la dislocation des derniers stratocumulus de la matinée pour laisser place à un ciel très peu nuageux en fin d'après-midi, sous un vent de Nord-Ouest toujours vif. La valeur de la Tx se jouera au gré des éclaircies du milieu d'après-midi.

Figure 9 : Nébulosité basse + vent 10 m (à gauche), couches d'humidités >95% à 2m (bleu), 50 m (vert). Base AROCEP du 19/01 12z en toute fin de manche.

En soirée, ce ciel peu nuageux et l'affaiblissement du vent de Nord-Ouest étaient 2 conditions favorables à une baisse rapide du mercure. De plus, avec des sols bien humidifiés par la perturbation de la veille et le retour de conditions anticycloniques en surface, on pouvait s'attendre à un risque de formation de brouillard dans les vallées fluviales. Près de 20% des candidats ont opté cette option.

Figure 10 : profil vertical modélisé par AROCEP du 19/01 12z le 21/01 00h UTC.

Quelques incertitudes planaient sur les quelques résidus nuageux des quelques cumulus ou stratocumulus de la fin d'après-midi, pouvant limiter le rayonnement nocturne. De plus, la masse d'air était relativement sèche depuis les premiers mètres de hauteur. Sous l'influence du flux de Nord-Ouest certes faible mais non négligeable, ce léger brassage associé à un air quelque peu sec étaient 2 arguments pouvant faire basculer la prévision du brouillard dans l'autre sens : c'est cette option qui a été choisie par près de 80% des candidats.

Observations

Figure 11 : HYDRE + T2m + vent 10 m entre le 19/01 18h UTC et 21h UTC par pas horaire.

Comme prévu par certains modèles depuis déjà 2-3 jours, le secteur Toulousain a vu la mise en place d'une isothermie dans la partie Nord de la dépression sous un flux d'Est à Nord-Est en surface. Le produit de fusion HYDRE matérialise cette zone au Nord de la Haute-Garonne qui subit de fortes chutes de neige mouillée à humide avec un mercure très légèrement supérieur à 0°C. On a relevé plusieurs cm dans ces zones (3 à 5 cm, localement jusqu'à 7 cm). La bascule en flux de Nord-Est en surface donne le feu vert à la chute du mercure sur une grande partie Nord du département. Les chutes de neige par isothermie se sont décalées dans les secteurs de Castelnaudary et de Carcassonne en fin de soirée, tandis que l'Ouest et le Nord de la Montagne Noire se retrouvaient foehnées en flux d'Autan, ne permettant pas la neige de tomber jusqu'en plaine.

Figure 12 : Image satellite CC du MSG4 + Radar réflectivités non seuillées Serval + TH entre le 20/01 00h UTC et 03h UTC.

En tout début de période pour les précipitations (première partie de nuit), quelques faibles réflectivités ont traversé l'ex Midi-Pyrénées en s'évacuant lentement en direction des Pyrénées. Quelques faibles précipitations pluvieuses sont alors relevées, sans jamais faire basculer un auget à la station de Blagnac.

Figure 13 : Image satellite CC du MSG4 + Radar réflectivités non seuillées Serval + TH entre le 20/01 10h UTC et 13h UTC.

En journée, les derniers résidus pluvieux subsistent jusqu'en fin de matinée vers les premiers reliefs de l'Ariège. Sur Toulouse, les éclaircies grignotent rapidement du terrain, devenant nombreuses et généreuses dès 14h locales (13 h UTC). Cette dissipation plus rapide que les modélisations allait engendrer une sous-estimation de la Tx, souvent comprise entre 4 et 5°C selon les modèles et des AS.

Figure 14 : Météogramme à Blagnac entre le 19/01 18h UTC et le 20/01 08h UTC. Paramètres : T, Td, RR 6min, ensoleillement 6 min, vent 10 m.

En tout début de soirée du 19 sous les fortes précipitations (2 à 4 mm/h), le mercure baisse lentement mais le flux de SE à E joue un rôle de facteur limitant, en lien avec le déplacement de la dépression de méso-échelle. Il faut attendre cette bascule en flux de NE advectant l'air plus froid généré en partie par l'isothermie pour observer une baisse rapide et conjointe du T et Td. C'est d'ailleurs sous ces plus fortes précipitations que la Tn est atteinte : 0,6°C. Une fois l'épisode pluvio-neigeux terminé, le mercure remonte lentement entre 1 et 2°C sous quelques traces de précipitations.

Figure 15 : Météogramme à Blagnac entre le 20/01 11h UTC et le 21/01 00h UTC. Paramètres : T, Td, RR 6min, ensoleillement 6 min, vent 10 m.

La figure 15 met en évidence les premières éclaircies dès 11h UTC (12h locales) puis un accroissement très rapide de l'ensoleillement dès 14h locales, qui a pour conséquence une élévation du mercure jusqu'à 6°C, valeur de la Tx du jour. Bien au-dessus de la moyenne des participants de près de 2°C !

Figure 16 : Classement de la manche 3.

Après une manche précédente déjà bien réussie, MJOcanonix gagne cette manche 3 avec un score d'1 point. Divergent43 échoue à 2 petits dixièmes derrière et prend la seconde place. La dernière marche du podium se partage entre bug et Altocu-cas (1,4 pt). Au classement général (Figure 17), MJOcanonix a comblé son retard d'un point sur FabPhotos : ces 2 candidats se partagent la première place ! (4 pts). Ced30 conforte sa 3ème place (4,6 pt).

Figure 17 : Classement général à l'issue de la manche 3.