Synthèse manche 6 - Vendredi 2 juin 2023

Version imprimablePDF version
Paramètres observés: 
ObservationsIntervalle des prévisionsMoyenne des prévisionnistes
Tn13.3°C11°C à 16°C
Tx28.8°C24.5°C à 30.5°C
RR240.0 mm0 mm à 4.2 mm
OragesOUI61% OUI, 39% NONOUI
Nombre de participants: 
92

Echelle synoptique

Figure 1 : ZT500, vent à 500hPa. ARP 06Z pour le vendredi 12UTC

La situation reste inchangée depuis quelques semaines maintenant. Un haut géopotentiel est visé sur l’Irlande advectant un flux d’est qui est bien mou (écartement important des isohypses). Il y a quelques plages plus froides (T à 500hPa proche de -16°C) qui peuvent venir déstabiliser la masse d’air par chauffage diurne. En résumé la situation synoptique est marquée par une absence de dynamisme d'altitude.

Basses couches

Figure 2 : Pmer, Vent à 10m, Théta'W à 850hPa. ARP06Z pour le vendredi 12UTC

En basses couches, l’histoire se répète. Un anticyclone de 1032 hPa est bien en place entre l’Islande et le nord des Iles britanniques. Cet anticyclone advecte un flux de Nord Est sur le nord de la France associé à des théta’w fraiches. Au sud, on se situe dans une situation de marais barométrique avec des théta’W élevées (proche de 16°). On voit nettement une délimitation Nord/Sud sur la France avec des conditions plutôt sèches sur le nord et plus chaudes et humides sur le sud. Au vu du contexte synoptique et avec l’expérience des derniers jours, des orages peuvent se déclencher par évolution diurne principalement sur les reliefs (Montagne Noire, Massif Central pour ce qui nous concerne). La question que tous les participants se posent est : vont-ils être advectés sur la plaine toulousaine ?

Echelle locale

Figure 3 : Vent à 10m, RR3h, eau nuageuse à 20m , 3 nébuls avec ARO09Z pour le vendredi matin

Dans la nuit et la matinée de vendredi, le temps devrait être dégagé avec un faible flux. Un léger vent de SE semble se mettre en place en début de matinée. La nébulosité est plutôt constituée de nuages élevés. Cette situation est propice au rayonnement nocturne. La température devrait donc bien diminuer dans la nuit.

Figure 4 : Vent à 10m, RR3h, eau nuageuse à 20m , 3 nébuls avec ARO09Z pour le vendredi après-midi

Dans l’après-midi les choses se gâtent. Les RR 3h marquent les premières cellules qui se développent sur l'Aubrac avant de se décaler lentement vers le Tarn puis la Haute-Garonne. Il passera sur le midi toulousain entre 15 et 18UTC.

Figure 5 : CAPEMAX, convergence à 950hPa, Vent à 10m et Réfléctivité max. ARO09Z

Regardons de plus près la convection proposée par ARO 09. Sur la figure ci-dessus, le cercle représente la zone de 16km autour de Blagnac (zone utilisée pour la détection d’orage pour le concours). A 15 UTC, Arome propose une ligne orageuse entre le Tarn et le Tarn-et-Garonne en lien avec la convergence de basses couches. Cette ligne se désorganise en arrivant sur la ville rose (16UTC) puis semble se réorganiser sur les collines du Gers et en direction du piémont (18UTC). Les pixels colorés représentant la densité de foudre cumulée sur 1h s’activent dans le cercle de 16km entre 16 et 17 UTC. Le profil vertical effectué sur Blagnac à 15UTC (figure ci-dessous) montre un pied très sec qui peut expliquer la désorganisation des cellules. Cet air sec en basses couches permettra t-il le déclenchement de la convection ? A partir de 18UTC, le calme revient sur Toulouse et ses environs. La température maximale sur Blagnac va être corrélée par l'arrivée des cellules orageuses. En arrivant en milieu d'après-midi, elles limiteront la hausse des températures. Si elles arrivent plus tard, alors le mercure pourra gentiment grimper tout au long de la journée.

Figure 6 : Profil vertical à Blagnac à 15UTC. ARO09Z

Figure 7 : RR24h d'après ARO09Z.

En termes de cumul, ARO09 propose de faibles cumuls sur Blagnac (<1mm sur 24h). Fort Blagnac sera t-il efficace une nouvelle fois ?

Observations :

Figure 8 : Températures observées à Toulouse-Blagnac

L’absence de couverture nuageuse a permis un rayonnement infrarouge nocturne efficace toute la nuit qui a permis d’observer une Tn de 13,3 °C à 5h40 locales, le vent très faible en fin de nuit a permis cette baisse de température également.

Figure 9 : Image satellite - Réflectivités, impacts Météorage et CC MSG3

Occupons-nous maintenant de l’enjeu des précipitations orageuses ! Cet enjeu était déterminant pour le cumul de pluie et la TX. Finalement, il a fallu attendre 15h30 locales pour avoir la chute de la température. Ceci a permis un chauffage qui a fait monter la Tx jusqu’à 28,8 °C. Une fois cette température acquise, c’est la cellule orageuse en provenance du Tarn qui a joué avec nos nerfs, elle a donné ses derniers impacts au nord de la Haute-Garonne tout en donnant quand même un éclair intra-nuageux dans notre disque d’intérêt centré sur Toulouse-Blagnac. Notons qu'une nouvelle cellule s'est générée à la frontière entre la Haute-Garonne et le Gers à 16UTC. Quand ça veut pas, ça veut pas !

Figure 10 : image Zbrut radar Doppler de Toulouse à 17h locales

Les images brutes issues du radar de la Météopole permettent d'apprécier la visualisation des courants de densité générés par les différentes cellules convectives aux alentours de Toulouse. Sur les coups de 17h locales, le système convectif sur le Tarn montre des signes de faiblesse, et pour cause : le courant de densité (dessiné en noir, se déplaçant en direction de Toulouse) se déplace plus rapidement que le flux de commande du système convectif ! Résultat des courses, 2 conséquences : de 1) un rafraichissement s'opère au sol (baisse de la T2m, légère humidification, bascule du vent en ENE) et crée une inversion thermique près du sol, empêchant l'ascendance des particules d'air depuis le sol, et de 2) coupure de l'alimentation chaude et humide, mettant fin aux précipitations convectives.

Figure 11 : image Zbrut radar Doppler de Toulouse à 18h30 locales

1h30 plus tard, une fois ce premier courant de densité passé, un second (issu cette fois-ci des cellules sur le Tarn-et-Garonne) atteint Toulouse et donne le dernier coup de grâce. Plus à l'Ouest sur le Gers, l'effet est tout autre : sous l'action de la convergence du vent synoptique et du courant de densité, le tout dans un environnement suffisamment humide et instable, c'est l'effet pop-corn : des cellules orageuses se développent à tout va ! En direction du piémont, ce sont même 2 courants de densité issus de 2 différentes cellules orageuses qui permettent la formation de nouvelles cellules !

Figure 12 : Cumuls ANTILOPE

Les cumuls de pluie ont été très maigres aux alentours du nord de la Haute-Garonne. La cellule qui a approché notre département depuis l’ouest du Tarn a donné des cumuls assez généreux du côté de Rabastens (aux alentours de 40 mm). Mais malheureusement (ou heureusement, c'est selon !), aucune précipitation n'a été relevée à Blagnac. Rien de plus dans la soirée !

Classement

Figure 13 : Classement de la manche 6

Ironie du sort ou non, ce sont les Indécis qui remportent cette manche de fort belle manière (-0,3 pt). The good, the bad and the cloudy (-0,1 pt), Azer et Pr. Miloch Georgevitch (0,1 pt) complètent le podium. Cette manche a créé des écarts très significatifs entre une Tmax sous-estimée par une grande majorité de candidats, une grande incertitude sur la possibilité de pluie à la station et d'éclair détecté dans les 16 km environnants.

Figure 14 : Classement général à l'issue de la manche 6

WO1N1K et les Mat-et-Rohr ologues réalisent une excellente opération dans l'optique de la victoire finale : on les retrouve aux 2 premières positions. Derrière, Nico Cana sent le souffle de ViveLePV pour le gain de la 3ème place. Le Top10 reste bien fragile compte-tenu des écarts très maigres entre Azer (remonté 7ème) et les Indécis (remontés 10ème), autres grands gagnants de cette manche.